Pour communiquer sur les réseaux sociaux, pensez aux briques narratives

Que publier sur Facebook ? Quel angle choisir pour rédiger un tweet ? Comment prendre une photo pour une campagne Instagram ? Voici la clé pour mettre au point un storytelling efficace sur les réseaux sociaux.

 

Les règles de base pour être performant sur les réseaux sociaux sont connues : faire simple, être concis, transmettre de l’émotion : par exemple, sur Facebook, mettre en avant une seule idée, ne pas dépasser trois lignes et soutenir son message avec une photo augmente la viralité d’un message de plus de 50% ( de 56% à 92% selon l’étude « Wich content works on Facebook », de l’agence allemande Knallgrau). Ces « figures de styles » sont utiles mais à seules, elles ne suffisent pas. Le « social communicant » a besoin d’un mode d’emploi à appliquer, à l’image des « briques narratives ».

De quoi s’agit-il? Dans le cadre d’une de ses actions pédagogiques, le BELC (Bureau de l’Enseignement de la Langue et de la Culture française à l’étranger) a travaillé sur les structures narratives et a identifié dix briques de base : héros, désir, conseiller, obstacle, allié, lieu, adversaires, défaite, victoire et fin. Ces briques narratives sont intéressantes car elles peuvent être assemblées pour composer différentes sortes d’histoires. Par exemple, avec de nombreux lieux, vous créez une épopée. À l’inverse, avec un seul lieu et plusieurs personnages, vous obtenez un huis-clos, etc.

 

 Téléchargez notre livre blanc sur le Social Selling et boostez vos performances commerciales grâce aux Réseaux Sociaux !

→ 53% des acheteurs estiment qu’un vendeur est plus crédible s’il est présent sur les Réseaux Sociaux. Et vous, où en êtes-vous ? 

 

Efficace pour améliorer votre stratégie de communication

Cet outil « littéraire » est extrêmement puissant pour le storytelling. Il fournit des éléments, les briques narratives, à assembler pour obtenir des plans, des colonnes vertébrales de stratégies et d’actions de communication.

Pour les réseaux sociaux, c’est une approche extrêmement utile car chaque item d’un assemblage de briques narratives peut être traité comme une case à remplir par une publication, un tweet, une photo, une vidéo, etc. Après avoir conçu un canevas de briques narratives, il suffit de créer le contenu de chacune en s’appuyant sur la règle simplicité-concision-émotion. Voici quelques exemples avec des réseaux sociaux différents :

1- Accompagner sur Facebook une opération en déterminant une structure et en l’appliquant aux types de messages et à leur contenu. Par exemple, pour valoriser un voyage humanitaire, le bon équilibre peut être 40% lieu, 40% héros, 10% obstacle et 10% allié : dans ce cas, le storytelling donne la primeur aux aspects humains et géographiques. Cela signifie que 4 messages sur 10 porteront sur des lieux du périple, 3 sur 10 sur les protagonistes, 1 sur sur les difficultés surmontées et enfin, 1 sur les soutiens obtenus. Cela donne donc une séquence récurrente de publication lieu, héros, lieu, héros, obstacle, lieu, héros, allié, lieu, héros, etc. Cette trame aide à déterminer le contenu de chaque publication et, bien qu’invisible aux yeux des internautes, elle fournit une charpente cohérente et pérenne aux messages de la campagne.

 

Lire la suite de l’article de Franck Plasse sur Harvard Business Review