La digitalisation redessine les business models, même des PME

Marc Pagezy d’Eurosearch & Associés, cabinet de conseil en ressources de management, montre comment équipes exécutives et actionnaires sont engagés dans la mutation numérique.

 

Le management de nos entreprises est-il au niveau des exigences de la transformation digital? Ian Rogers, Senior Director d’AppleMusic, vient de prendre la tête des activités numériques de LVMH (Louis Vuitton, Marc Jacobs, Bulgari, etc). Voilà un virage original dans son parcours, mais surtout une preuve supplémentaire du basculement du management des grands groupes dans le digital.  Lame de fond de la transformation des entreprises, la digitalisation redessine les business models , laissant au passage quelques entreprises sur le bord de la route avec l’arrivée des mastodontes pure players de commerce ou de tourisme en ligne. Elle fait également exploser le mode de relation au travail en apportant avec elle le nomadisme, l’autonomie et l’horizontalité.

Mais toutes les entreprises ne sont pas des grands groupes armés de Chief digital officers ou des start-up dont le business model induit lui-même la gouvernance numérique. Où en sont nos entreprises moyennes? Parviennent-elles à se saisir de cette opportunité pour revisiter leurs business models et leurs organisations?

Revoir toute l’organisation

L’étude que nous venons de réaliser avec Opinion Way* montre notamment que les équipes exécutives (DG, Comex, Codir…) et les actionnaires des PME et des ETI sont désormais fortement engagés dans la mutation numérique et qu’elle implique de nouvelles ressources en management. Ces entreprises ont, à juste titre, recours à un mix de solutions (interne/externe, long terme/transition) devant la complexité de l’enjeu et la nécessité d’intégrer le digital dans leur stratégie.

Ainsi, si les dirigeants se tournent pour leur quasi-totalité (94% d’entre eux) vers les salariés par le biais de la formation pour mener leur transformation numérique, ce sujet engage désormais aussi la direction générale et le management, puisqu’une entreprise sur deux et  72% des ETI s’apprêtent à engager un expert dans le digital, 41% à créer une nouvelle fonction au sein du CODIR, 65% à envisager la création d’une équipe dédiée.

C’est toute l’organisation qui doit être repensée sous le prisme digital et nos entreprises semblent être sur les bons rails car elles ont compris que la révolution numérique représente pour elles un risque de pérennité.

 

Lire la suite de l’article sur Challenges