Start-up et stratégie: quels indicateurs suivre quand on commence

Durant les premières années de son existence, une startup joue une partie décisive de son développement. Confronté au marché, l’entrepreneur devra mettre en place un reporting ciblé sur un certain nombre d’indicateurs pour assurer la viabilité de son projet et se donner toutes les chances d’attirer de nouveaux investisseurs.

 

Une fois les premiers fonds réunis, démarre une première phase de développement cruciale pour l’avenir de la start-up. Ce test grandeur nature mobilise toute l’énergie de l’entrepreneur. Ce dernier déploie son projet, cherche à croître et à imposer son offre ou son produit sur le marché. Il enregistre les premiers résultats.

Comment être sûr de suivre la bonne route? Pilotez votre activité en vous concentrant sur un certain nombre d’indicateurs clés comme le propose François Bloch, associé au sein du cabinet KPMG et responsable des entreprises de croissance.

 

Avez-vous trouvé votre marché?

C’est une des questions que se poseront les fonds d’investissement du capital-risque lors du deuxième tour de table. Au-delà des indicateurs de gestion classiques, financiers, marketing et des ventes, leurs analystes chercheront à déterminer si l’offre de la start-up a véritablement et durablement convaincu le marché.

En effet, ils savent bien qu’un bon chiffre d’affaires peut être lié à l’engouement éphémère d' »early adopters », un phénomène particulièrement fort dans le domaine de l’innovation. Il est donc important de s’attacher à l’évolution du carnet de commandes et d’extraire des données plus qualitatives sur sa clientèle et son marché. Quels sont les retours de mes clients? Ai-je réussi à en attirer de nouveaux? Comment sont-ils répartis géographiquement? Y a-t-il une demande pour un nouveau segment d’activité?

 

Avez-vous bien géré votre trésorerie? 

La question du « cash » fera elle aussi partie des critères d’évaluation d’une start-up et un signe recherché de sa maturité. L’entrepreneur doit être capable d’anticiper une gestion prévisionnelle de sa trésorerie et de son besoin en fonds de roulement sur 6 à 12 mois.

De nombreux éléments sont à prendre en compte: dépenses en R&D, décalages d’encaissement, aléas du marché, les éventuelles erreurs et ajustements d’une activité naissante… Cet indicateur stratégique permet de tirer la sonnette d’alarme à temps et de solliciter ses partenaires ou des aides financières.

 

Lire la suite de l’article de Catherine Trocquemé sur L’express, l’entreprise