TPE, attention aux retards de paiement !

Milieu 2015, les retards de paiements étaient de 13,6 jours en moyenne. Une situation inquiétante, surtout pour les TPE/PME.

Rédigé par Forgacom.

 

Les retards de paiements dépassaient déjà les 13 jours début 2015 alors qu’ils étaient inférieurs à 12 jours fin 2014. C’est le bilan de l’étude conduite par Altares à partir d’informations collectées auprès de milliers de sociétés. Il s’agit de la pire situation depuis 10 ans. Etude particulièrement inquiétante pour les TPE.

 

Des entreprises mettent la clef sous la porte avec un carnet de commande plein !

Quand l’entreprise voit son carnet de commande se remplir sont besoin en fonds de roulement augmente aussi. L’une des caractéristiques des TPE / PME tient à une sous-capitalisation. C’est une forme de cercle vicieux :

L’entreprise n’est pas assez performante et ne dégage pas assez de résultats. Conséquence, elle ne renforce pas ses fonds propres et sa trésorerie.

 

J’entends souvent des dirigeants de PME évoquer « un problème de trésorerie ».

La trésorerie n’est pas un problème ! C’est la conséquence d’un problème !

 

Délais de paiements trop long mais si on regarde d’un peu plus près :

 

·      La fiabilité des clients est-elle vérifiée avec tout le soin voulu ?

·      Les relances sont-elles faites avec la rigueur nécessaire ou ne sont-elles parfois pas mises de côté par peur de perdre le client ?

·      Combien de clients ne paient pas car il y a en fait un litige sur la prestation ?

 

A bien y regarder, le dirigeant de PME peut trouver en interne des moyens de réduire une partie des délais de paiements.

Mais comment faire si le mal persiste ?

 

Anticiper, communiquer, manager sa relation bancaire

Parce qu’il est d’un tempérament combatif et qu’il ne serait pas entrepreneur s’il n’était pas optimiste, le dirigeant a souvent tendance à attendre. Pour pouvoir mettre en place des solutions adaptées, le banquier a besoin d’informations. Compte tenu du système décisionnel que les différentes versions des accords de Bâle n’arrangent pas, il est vital d’anticiper.

Managez votre relation bancaire comme vous managez votre relation client, appuyez vous sur votre expert comptable pour disposer de chiffres fiables, prenez de la hauteur avec un conseil en management d’entreprise pour prendre les bonnes décisions.

 

A votre disposition pour échanger si vous le souhaitez.